Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Obtenir plus avec l’astuce du photocopieur

Obtenir plus et plus rapidement avec l’astuce du multifonction-photocopieur

Voici une expérience étonnante qui a été menée par la chercheuse Ellen Langer.

Dans une bibliothèque, elle a tenté de passer devant une file d’attente à la photocopieuse en disant aux gens :

“Est-ce que je peux utiliser la photocopieuse parce que je suis pressée ?”

Elle a obtenu un taux de réussite de 94%.

C’est-à-dire que dans 94% de ses essais, les gens qui faisaient la queue ont accepté de la laisser passer en premier.

Elle a renouvelé l’expérience en disant : “Est-ce que je peux utiliser la photocopieuse ?”

Cette fois-ci, elle ne donnait pas de raison. Et le taux de réussite est descendu à 60%.

Enfin, elle a répété l’expérience en disant : “Est-ce que je peux utiliser la photocopieuse parce que j’ai besoin de faire des copies ?”

Et dans ce dernier cas, où la raison avancée n’est pas vraiment convaincante (raison non valide logiquement : tout le monde est là pour faire des copies), le taux de réussite était… de 93%.

Soit juste 1% de moins qu’avec une raison valide

Les leçons à en tirer

Il est crucial de toujours donner des raisons. Même si ces raisons sont peu convaincantes, on aura plus de chances de persuader en les avançant quand même.

Dans les tests que nous avons réalisés, une action qui annonce plus d’effet amène davantage d’action de la part des équipes, lorsqu’on donne un motif à l’action, même si ce motif est bateau.

Par exemple :

– 32% d’accident avec le bon plan d’actions,

-5% de rebus sur cette nouvelle gamme avec cette nouvelle procédure

-30% sur les dépenses ajoutées pour augmenter notre résultat opérationnel.

Un simple motif suffit, mais il est essentiel.

De la même façon, toute demande faite à vos collègues et équipes devrait être justifiée par une raison. Même si elle ne vous semble pas très convaincante, ce sera toujours mieux que de ne pas le faire.

Plutôt que de leur demander “peux-tu me répondre maintenant”, demandez-leur “peux-tu me répondre ce matin parce que je présente l’état du plan d’actions cette après-midi au COMDIR” ou “parce que le siège attend notre retour en début d’après-midi”.

Ou simplement « parce que ça va vous aider », ou même « parce que comme ça, ça sera fait »…

Regardez, écoutez notre dernière publication